L'ENTREPRISE FONDÉE PAR DR RATH DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST UNIQUE AU MONDE:
LA TOTALITÉ DE SES BÉNÉFICES EST REVERSÉE À UNE FONDATION D'UTILITÉ PUBLIQUE. Lisez plus loin…

Dr. Rath Health Foundation

Dr. Rath Health Foundation

 

Démantèlement de l´UE de Bruxelles : une condition préalable pour la liberté globale d’avoir recours à des méthodes de soins naturels.

Démantèlement de l´UE de BruxellesLe Référendum sur la pétition sur la Santé Naturelle – une campagne qui vise à garantir le libre accès aux méthodes de soins de santé naturelle à base scientifique pour toute l`Union Européenne (UE de Bruxelles) – a été maintenant signé par plus d´un quart de million de personnes. Placé sous la bannière de « L´Initiative pour un Référendum Européen » et sous la coordination de La Fondation du Dr Rath pour la Santé, les signataires de la pétition viennent des 27 pays membres de l´Union Européenne.

Cependant, et en dépit de l´impressionnant et croissant soutien du public en faveur de cette campagne, la Fondation du Dr Rath pour la Santé est tout à fait consciente que l´UE de Bruxelles n´a aucune intention de répondre aux exigences des citoyens Européens. Agissant en dehors de tout principe de liberté et démocratie, l´UE de Bruxelles est – par définition- une dictature. Ni les 27 «  commissaires » membres de la Commission Européenne – l´organe exécutif de l´UE de Bruxelles – ni même le président de l´UE, Herman van Rompuy, n´a été élu par le peuple. Au contraire le pouvoir du peuple de décider de son gouvernement a été transféré aux intérêts corporatistes.

L´UE de Bruxelles se place elle-même au-dessus de la loi

Traité de LisbonneÀ l'insu de la grande majorité des citoyens Européens, le Protocole sur les Privilèges et Immunités de l´Union Européenne – attaché au soi-disant « Traité de Lisbonne » qui a été adopté en même temps que la loi européenne en décembre 2009 ( moins de 1 pour cent de la population Européenne ayant été autorisée à voter ) – place l´UE au-dessus de la loi.

Par exemple :

A la lumière de ces faits, personne ne devrait plus être dans le doute qu´il n´est plus possible de réformer l´Union Européenne de Bruxelles. Tenant compte du fait qu´aucun des politiciens au niveau de l´organe exécutif n´ait été élu par le peuple tous les officiels de l´UE étant au-dessus de la loi, c´est une illusion de penser que cette construction sera un jour à l´écoute du peuple et agira dans son intérêt.

L´objectif principal de l´UE de Bruxelles

Maintenant au moment où des millions de vie de personnes souffrant du cancer, des maladies cardiovasculaires et autres probl&egraves;mes de santé pourraient être sauvées grâce aux thérapies naturelles disposant de solides fondements scientifiques, le cartel, une fois de plus, est entrain de placer le profit au-dessus de la vie, se rendant ainsi coupable et responsable de la douleur et de la mort de millions de vies humaines dans des proportions génocidaires.

Maintenant au moment où des millions de vie de personnes souffrant du cancer, des maladies cardiovasculaires et autres problès;mes de santé pourraient être sauvées grâce aux thérapies naturelles disposant de solides fondements scientifiques, le cartel, une fois de plus, est entrain de placer le profit au-dessus de la vie, se rendant ainsi coupable et responsable de la douleur et de la mort de millions de vies humaines dans des proportions génocidaires.

L´objectif clé de l´UE de Bruxelles est de détruire le secteur des soins de santé naturelle et empêcher les thérapies naturelles non brevetables d´entrer en compétition avec l´industrie pharmaceutique – le Cartel Pharmaceutique et son marché multimilliardaire du « commerce avec la maladie ». Jouant essentiellement le rôle de dépositaires politiques non élus de ces intérêts pharmaceutiques multinationaux, l´organe exécutif de l´UE de Bruxelles a détourné par ruse les lois européennes à leur profit.

Le but visé par la soi-disant « Directive sur les compléments alimentaires » par exemple rendu publique en 2002, est d´instaurer des restrictions rigoureuses et autoritaires applicables aux types et posologies de vitamines et minéraux contenus dans des suppléments alimentaires. Pour déguiser cette menace, les réclamations de l'UE de Bruxelles affirment que les niveaux autorisés pour chaque complément aliment seront calculés scientifiquement, par l'intermédiaire d'un processus appelé « l'évaluation des risques scientifiques ». En réalité, cependant, le fait est que la plupart des méthodologies actuellement proposées pour évaluer le « risque » supposé de consommation des compléments alimentaires sont tout sauf scientifique, et est en réalité totalement erroné.

De même, « la Directive sur les plantes médicinales traditionnelles  » sortie en 2004, soumet les médecines à base de plantes (phytothérapie) à un procédé d'enregistrement prohibitif par lequel toutes les plantes qui n´auront pas été soumis à la procédure d´enregistrement soient interdites et exclues du marché. En décimant le secteur des médecines à base de plantes, l´UE de Bruxelles vise à éliminer une menace principale pour les intérêts financiers de ses multimilliardaires dépositaires pharmaceutiques.

En outre, afin d'essayer de court-circuiter même, la propagation d'informations sur des thérapies naturelles en faveur de la santé, l'UE de Bruxelles a sorti un soi-disant « Règlement sur la Nutrition et les allégations sanitaires » en 2006. Sous cette législation fortement draconienne, toutes les suggestions ou implications qu'un aliment a des qualités nutritionnelles bénéfiques pour la santé, ou qu'un rapport existe entre un aliment et la santé, sont interdites – même si les preuves scientifiques pour de telles allégations existent déjà – à moins que ce soit spécifiquement autorisé par la Commission Européenne. Ainsi, dans sa lutte désespérée pour protéger le « commerce multimilliardaire avec la maladie » en faveur de l'industrie pharmaceutique, l'UE de Bruxelles a recours à la marque révélatrice de toutes les dictatures politiques – une privation de la liberté d´expression.

Pour faciliter l'UE de Bruxelles dans ces dernières tentatives de détruire le secteur des thérapies naturelles pour la santé, « l'Autorité Européenne de Sécurité des Aliments » (EFSA) a été installé en janvier 2002. Plutôt que d'améliorer la sécurité alimentaire et protéger les consommateurs, comme elle prétend le faire, l´EFSA, s´est, dans un effort continu et systématique, engagé d'éliminer les thérapies normales non-brevetables, de bloquer toute information s´y rapportant sur tout le territoire européen.

Dans les coulisses, les panels scientifiques de l´EFSA jouent les rôles principaux dans ces efforts. Plutôt que d´être composé d'experts indépendants, l´EFSA permet sciemment aux membres de ses comités scientifiques d'avoir des liens avec les compagnies pharmaceutiques, chimiques, de biotechnologie et d'agrobusiness. D'ailleurs, dans une tentative flagrante de protéger ces intérêts corporatistes, l´EFSA réclame, sur son site Internet, que « avoir un intérêt ne signifie pas nécessairement avoir un conflit d'intérêts ». Tenant compte de cela, il est peut-être à peine surprenant que, sur les 44,000 dossiers d´allégations de santé déposés pour approbation par l´EFSA, en vertu de l´application de la directive "le Règlement sur la Nutrition et des Réclamations de Santé ", une forte majorité écrasante ait été rejetée.

La conscience de ces faits devrait servir à mettre fin, une fois pour toutes, à l'illusion que lancer des appels sincères à l'UE de Bruxelles pour « sauver nos compléments alimentaires » et protéger notre droit au recours à des thérapies naturelles pour la santé n´aura jamais d´ effet – sauf peut-être des ironiques grimaces sur les visages des commissaires de l´UE et d'autres dépositaires du cartel pharmaceutique.

Au-delà de cette illusion , les conséquences dévastatrices des lois du cartel contrôlant l´UE de Bruxelles devraient être comprises de tous: maintenant au moment où des millions de vie de personnes souffrant du cancer, des maladies cardiovasculaires et autres problèmes de santé pourraient être sauvées grâce aux thérapies naturelles disposant de solides fondements scientifiques, le cartel, une fois de plus, est entrain de placer le profit au-dessus de la vie, se rendant ainsi coupable et responsable de la douleur et de la mort de millions de vies humaines dans des proportions génocidaires.

Les racines nazies de l´UE de Bruxelles

Les racines nazies de l´UE de BruxellesSi les peuples de l'Europe veulent éviter de refaire les erreurs du passé – et en payer les frais encore une fois en millions de vies humaines – il est grand temps de réveiller les consciences d´un plus large public en le sensibilisant sur l'histoire criminelle du cartel pharmaceutique.

Il y a trois quarts de siècle, le plus grand Cartel chimique et pharmaceutique mondial du moment – IG Farben composé de Bayer, BASF, Hoechst et d´autres multinationales – finança la montée d´une autre dictature, le régime Nazi en Allemagne. A l´époque, comme aujourd´hui, les objectifs du Cartel sont restés les mêmes: la conquête et le contrôle de l´Europe et du monde par tous les moyens possibles – politique, économique et militaire.

Comme c´est décrit dans l´extraordinaire livre « Les racines nazies de l´UE de Bruxelles », les principaux architectes de la construction de l´UE de Bruxelles ont été recrutés parmi les mêmes technocrates qui avaient précédemment conçu les plans de l´Europe d´avant la Seconde Guerre Mondiale sous la domination des Nazis. Ce fait, qui a été délibérément caché aux citoyens européens pendant plus de soixante-dix années, explique pourquoi la nature antidémocratique de l'UE de Bruxelles ressemble de manière choquante aux plans nazis d´après-guerre d´un  « grand espace économique Européen ».

L´affaire du Codex

L´affaire du CodexL´objectif principal de la Fondation du Dr Rath pour la Santé est la création d´un nouveau système de soins de santé publique à l´échelle internationale dont les bases scientifiques reposent sur les recherches en matière de vitamines et la médecine cellulaire. Lorsque cet objectif sera atteint une autre étape visant à l´éradication des maladies cardiovasculaires, le cancer, le VIH et d´autres maladies de civilisation en faveur des générations futures, sera franchie.

Cependant le Cartel Pharmaceutique s´y oppose et a même l´intention d´exporter le modèle de l´UE de Bruxelles à l´échelle mondiale comme moyen d´établir sa main mise sur tous les continents.

La Commission du Codex Alimentarius, un des organismes du système des Nations Unies qui reçoit des fonds de l´OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et de la FAO (Fonds des Nations Unies pour l´Alimentation et l´Agriculture), est un partenaire essentiel du Cartel International dans son action visant à limiter l´accès des populations aux thérapies naturelles. Créé en 1963, la Commission du Codex Alimentarius a comme principales missions d´élaborer les normes internationales concernant les aliments mais aussi les compléments alimentaires. Fonctionnant comme un bureau de coordination, les 27 membres de l´UE font recours de plus en plus aux services du Codex comme un instrument de mise sur pied de mesures contraignantes concernant les aliments et compléments alimentaires en respect des lois et directives de l´UE de Bruxelles.

En cherchant à mettre en applications les normes et restrictions relatives aux compléments alimentaires dans les différentes régions à travers l´ASEAN, l´Organisation des Pays Nord- Est Asiatique, en Afrique par le biais de l´Union Africaine , en Amérique Latine, par le biais du Mercosur, l´Union des Pays d´Amérique Latine, dans le nord-américain via l´Union Nord-Américaine, le Cartel Pharmaceutique a comme objectif de ne voir dans les milliards de vies et de peuples que des débouchés pour les médicaments brevetés.

En conclusion

  1. L´UE de Bruxelles est une structure dictatoriale servant les intérêts corporatistes internationaux, qui – une fois de plus – menacent la vie de centaines de millions de citoyens à travers toute l´Europe. De plus, à moins que les citoyens européens n´agissent maintenant, cette structure restera en place pour des générations à venir et subjuguera le monde entier.
  2. En raison de sa structure fondamentalement anti démocratique – avec la Commission de l'Union Européenne tenant tout le pouvoir exécutif et le Parlement de l'Union Européenne servant simplement comme une feuille de figuier – la construction « UE de Bruxelles » n'est pas réformable. Il doit donc être publiquement rejeté par le peuple, démantelé et finalement remplacé par un vrai système démocratique représentatif : une Europe du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Que doivent faire les citoyens Européens ?

Afin de faire garantir la liberté à l´accès aux thérapies naturelles au niveau global, les actions suivantes doivent maintenant être prises par tous les citoyens européens concernés :

Les politiciens européens, instruments du Cartel Pharmaceutique

Nous invitons tous les citoyens européens qui auront recevront des réponses des politiciens de nous les envoyer à l´adresse suivante: info@dr-rath-foundation.org. Avec votre autorisation nous les publierons sur notre site Internet et cela dans le respect total de votre anonymat.

La publication de ces lettres rendra parfaitement clair à chacun quels politiciens européens sont démocratiquement motivé et qui, sciemment ou inconsciemment, sont les outils du Cartel pharmaceutique.

En fin de compte, le droit à l´accès et la liberté pour les thérapies naturelles au niveau international peut seulement être garantie via notre divulgation, et aussi largement que possible, ces politiciens, outils d'intérêts corporatistes. Les Citoyens Européens auront rendu un service inestimable à l´humanité entière lorsqu´ils parviendront à obtenir le remplacement des politiciens au service du cartel pharmaceutique par des politiciens démocratiquement motivés.