L'ENTREPRISE FONDÉE PAR DR RATH DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST UNIQUE AU MONDE:
LA TOTALITÉ DE SES BÉNÉFICES EST REVERSÉE À UNE FONDATION D'UTILITÉ PUBLIQUE. Lisez plus loin…

Dr. Rath Health Foundation

Dr. Rath Health Foundation

 

L'épidémie d'Ebola: une chance pour adopter la Médecine Naturelle

Au cours des dernières semaines, l'épidémie du virus d’Ebola a fait la une partout dans le monde. Ebola est une maladie virale hautement infectieuse et mortelle qui mérite d'être prise très au sérieux. Cependant, comme toujours, ces épidémies sont immédiatement instrumentalisés par les groupes d'intérêt qui ont mis en place une entreprise mondiale avec les maladies et les peurs qui les accompagnent - à savoir, l'entreprise d'investissement pharmaceutique.

Dans cette situation, avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ayant maintenant déclaré la propagation du virus Ebola en Afrique de l'Ouest comme une urgence de santé internationale, il est nécessaire de distinguer le vrai du faux et de proposer des solutions viables aux personnes touchées comme les patients et les responsables des partis politiques.

Ebola est causé par un virus de la classe des filovirus qui sont caractérisés par la production de la fièvre hémorragique. Cela signifie que le virus affecte le système vasculaire d'une manière qui provoque des saignements, ce qui conduit progressivement, et finalement, à une perte sanguine massive et à la mort.

Dans le débat public actuel, un fait scientifique est largement passé inaperçu: le virus Ebola provoque la maladie et la mort uniquement chez les humains et les primates. D’autres hôtes naturels de ce virus dangereux ne sont pas connus à développer la maladie. Selon l'OMS, ces hôtes «protégés» comprennent également les antilopes, les porcs épics et les chauves-souris frugivores. Remarquablement, même si ces animaux peuvent être porteurs du virus Ebola depuis de nombreuses années, ils ne sont pas affectés par celui-ci.

Il y a une explication à ce fait. La plupart des animaux synthétisent la vitamine C dans leur corps en quantités énormes. La vitamine C, étant l'un des agents antiviraux le plus puissant de la nature, il est apparemment en mesure d'empêcher, ou au moins de limiter les conséquences désastreuses du virus Ebola sur la santé. Dans le cas des chauves-souris frugivores, un animal incapable de synthétiser la vitamine C, leur régime alimentaire se compose presque exclusivement de fruits frais qui sont riches en vitamine C.

En revanche, les humains ne peuvent pas produire une seule molécule de vitamine C dans leur corps et souffrent souvent de carences en vitamines dues à un apport alimentaire  insuffisant. Cela rend le corps humain sensible à l'Ebola et à d'autres virus. Ainsi, il n'est pas surprenant que le symptôme caractéristique de l'infection du virus Ebola - perte sanguine massive à travers les parois des vaisseaux sanguins - porte une ressemblance frappante avec les symptômes d'une carence en vitamine C bien définis comme le scorbut, la maladie des marins.

Les propriétés antivirales de la vitamine C et de certains autres micronutriments ont été prouvées au-delà de tout doute scientifique. De plus, leurs avantages de renforcer et d’améliorer le système immunitaire ont été reconnus par au moins neuf prix Nobel.

Il est donc grand temps que les autorités locales, nationales et mondiales de la santé - et en particulier l'Organisation mondiale de la santé - profitent de ces faits scientifiques et les mettent en avant en tant que mesures de santé publique primaire pour contenir l'épidémie d'Ebola.

En attendant, nous vous invitons à diffuser cette information importante aussi largement que possible à travers vos contacts personnels et les réseaux sociaux.

Matthias Rath, M.D.  
Août 2014