L'ENTREPRISE FONDÉE PAR DR RATH DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST UNIQUE AU MONDE:
LA TOTALITÉ DE SES BÉNÉFICES EST REVERSÉE À UNE FONDATION D'UTILITÉ PUBLIQUE. Lisez plus loin…

Dr. Rath Health Foundation

Dr. Rath Health Foundation

 

La pathologie rénale chronique et son traitement naturel

article publié par la Fondation du Dr. Rath

La pathologie rénale chronique est un problème croissant en matière de santé. Une revue systématique et une méta-analyse publiées en 2016 ont révélé des données concernant environ 7 millions de patients et ont trouvé que tous les stades de cette maladie sont associés à des risques accrus de maladies cardiovasculaires, de mortalité précoce et/ou de diminution de la qualité de la vie. Avec une prévalence élevée située entre 11 et 13 %, les maladies rénales représentent dans le monde une charge économique majeure dans les systèmes de santé publique.
Alors que la médecine conventionnelle orientée vers les médicaments, n’a pas pu les prévenir, ni les traiter, un grand nombre d’études ont clairement montré que l’approche de la maladie rénale chronique basée sur l’administration de micronutriments est sans danger et efficace.

Symptômes

Il y a cinq stades de dégâts rénaux. Ceux-ci se classent depuis le très léger pour le stade 1, pour se terminer au stade 5 de l’insuffisance rénale avec dégâts aux reins. L’évolution est lente et les symptômes progressent au cours du temps. Les signes peuvent comprendre:

Les symptômes des pathologies rénales sont souvent non spécifiques et peuvent également être attribuables à d’autres maladies. Souvent les signes n’apparaissent que lorsque les reins sont endommagés de manière irréversible. Le niveau de dégâts peut être mesuré à l’aide de tests des fonctions rénales, lesquels indiquent des produits de déchets cellulaires dans le sang. Un échantillon d’urine soumis à des analyses peut fournir des informations similaires.

Les maladies rénales chroniques peuvent résulter de différentes causes et de facteurs contributifs.

Citons pour exemples:
  • le diabète,
  • une pression sanguine élevée (hypertension),
  • d’autres maladies rénales,
  • des infections urinaires à répétition,
  • une déshydratation récurrente,
  • une mauvaise alimentation,
  • un empoisonnement par des toxines environnementales, par des produits chimiques, par des métaux lourds.

Le mystère de l’Amérique Centrale

Il existe couramment une mystérieuse épidémie de maladies rénales chroniques dans beaucoup de pays d’Amérique Centrale, comprenant le El Salvador, le Nicaragua et le Costa Rica. Elle se marque principalement chez des jeunes travailleurs masculins de l’agriculture et spécialement chez ceux qui coupent les cannes à sucre. Le fait de subir une déshydratation récurrente résultant d’un travail dans des conditions de chaleur élevée a été cité comme une cause possible. L’utilisation de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et l’exposition à des pesticides sont parmi les autres facteurs de risques suspectés.

Tandis que des chercheurs sont occupés à étudier cette épidémie, il existe déjà un petit doute quant à l’implication des pesticides comme facteurs contributifs possibles. Une étude publiée en 2014 aux Indes, concernant des patients souffrant de pathologie rénale chronique à cause indéterminée a montré des niveaux élevés de pesticides organochlorés dans le sang. Une étude ultérieure publiée en 2017 a abouti à des conclusions similaires, indiquant qu’il existe une association entre des niveaux sanguins élevés en certains pesticides organochlorés et l’apparition de pathologies rénales chroniques à causes indéterminées.

Traitements conventionnels

Comme pour d’autres maladies chroniques, les approches de la médecine conventionnelle des pathologies rénales chroniques ne visent que les symptômes. Des médicaments contre l’hypertension, comme les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine ou les agents bloquants les récepteurs de l’angiotensine sont souvent prescrits. Les médecins peuvent également prescrire des diurétiques pour traiter la rétention d’eau, ou des statines pour diminuer les niveaux de cholestérol. Cependant, ces médicaments peuvent causer de graves effets indésirables et ne s’adressent pas à la racine du problème. C’est heureusement pourquoi, comme nous allons le voir, il existe d’autres options sans danger qui peuvent agir de manière bénéfique.

Ce qu’il faut faire et ne pas faire!

Vos reins ont pour mission de filtrer environ une demi tasse de sang pendant chaque minute. Ils enlèvent ainsi les produits des déchets et l’eau pour produire l’urine. Ils contribuent également à maintenir le pH urinaire (environ 7,35 – 7,45). En consommant une alimentation saine et en évitant l’utilisation de médicaments chimiques toxiques, on peut éviter que le sang devienne trop acide (acidose), un état qui n’est pas favorable à la santé des reins.

Il faut boire beaucoup d’eau ! Afin de contribuer à l’évacuation des produits des déchets du corps, les reins ont besoin de 2 à 3 litres de liquide par jour. Le café et l’alcool ne contribuent pas à cela car ils sont diurétiques, ce qui signifie qu’ils causent la perte d’eau de l’organisme. Etant donné que l’on peut consommer d’autres formes de boissons, "l’eau" est le mot clé si l’on veut soutenir la santé des reins.

L’excès de sel cause une rétention des liquides et est contre-indiqué pour la santé des reins. De petites quantités de sel sont satisfaisantes, mais il faut éviter d’ajouter trop de sel additionnel à la nourriture.

Les traitements naturels

Un grand nombre d’études a montré qu’une alimentation riche en vitamines, en minéraux, en oligo-éléments, en acides aminés et en acides gras essentiels peut contribuer à prévenir et à contrôler les pathologies rénales chroniques. Les micro-nutriments suivants peuvent être particulièrement bénéfiques:

– La VITAMINE D: des recherches récentes suggèrent que la progression des pathologies rénales chroniques peut être liée à une carence en vitamine D.
– Le SELENIUM: des recherches ont montré que de faibles niveaux de sélénium dans le sérum sanguin sont fréquemment identifiables chez des patients atteints de lésions rénales et de pathologies rénales chroniques.
– Le FER: des recherches montrent que la carence en fer est une cause contributive majeure de l’anémie en cas de pathologie rénale chronique. Donc les traitements par ajout de fer jouent un rôle important dans la gestion de la pathologie rénale.
– Le VITAMINE B6: il a été démontré que la présence de vitamine B6 est un facteur significatif en relation avec les réponses anti-inflammatoires chez des patients souffrant de pathologies rénales chroniques ou soumis à des dialyses.
– Les acides gras OMEGA-3: il a été démontré que les complémentations en acides gras OMEGA-3 contribuent à réduire les inflammations dans les maladies rénales chroniques.
– Les ANTIOXYDANTS: dans la maladie des patients souffrant de reins du diabétique, des recherches ont montré que les supplémentations en antioxydants comme la Vitamine A, la Vitamine C, la Vitamine E, le SELENIUM, le Zinc, la Méthionine ou le Coenzyme Q10 peuvent améliorer les effets des dégradations rénales précoces.

10 janvier 2018