L'ENTREPRISE FONDÉE PAR DR RATH DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST UNIQUE AU MONDE:
LA TOTALITÉ DE SES BÉNÉFICES EST REVERSÉE À UNE FONDATION D'UTILITÉ PUBLIQUE. Lisez plus loin…

Dr. Rath Health Foundation

Dr. Rath Health Foundation

 

Communiqué de la Fondation du Dr. Rath pour la Santé

La Royal Pharmaceutical Society de Grande Bretagne confirme que la théorie du cholestérol concernant les maladies cardiaques est morte

par PAUL ANTHONY TAYLOR

En accompagnement de la chute des profits générés par les statines dans l’industrie pharmaceutique, une nouvelle revue scientifique publiée dans le Pharmaceutical Journal, - une publication de la Société Royale Pharmaceutique Britannique – a mis de l’huile sur le feu en confirmant que la théorie des maladies cardiaques liées au cholestérol est maintenant bien morte. En soulignant que les vies des survivants de maladies cardiaques ayant participé à des études sponsorisées par des laboratoires fabricants de statines ont montré que leur durée de survie moyenne était d’à peine 4 jours, les auteurs disent qu’il existe un "impératif éthique et moral" de discuter des nuisances potentielles de ces médicaments. Cependant, ils concluent à tort que significativement le réel coupable se cachant derrière les maladies cardiaques est la résistance à l’insuline. En d’autres mots, alors qu’ils ont raison à 100 % en déclarant que le dogme du cholestérol est scientifiquement non fondé, ils ont commis une erreur dans l’indentification de la cause première des maladies cardio-vasculaires.

Ces derniers temps, de plus en plus de chercheurs qui ont soutenu ouvertement la théorie du cholestérol dans les pathologies cardiaques sont attaqués et accusés d’avoir trafiqué les données scientifiques. Cependant, selon le point de vue des auteurs, les tables se retournent dans cette revue et ce sont les chercheurs "pro statines" eux-mêmes qui sont finalement considérés comme coupables d’avoir trafiqué les résultats. Malgré les billions investis dans les médicaments contenant des statines afin de réduire les niveaux de cholestérol, les auteurs de la revue établissent qu’il n’y a pas de consistance quant à l’avantage clinique de ces produits. Démentant les affirmations prétendant que l’arrêt des traitements par statines, suite aux communiqués des médias concernant des effets indésirables, auraient résulté en des milliers d’attaques cardiaques et de décès, la revue conclut qu’il n’y a pas d’évidence scientifique quant à ce que même une seule personne ait subi un tel sort.

La promotion d’une réelle alimentation et des exercices réguliers

Il est particulièrement important de noter que les auteurs de la revue conseillent aux patients à haut risque de maladies cardio-vasculaires, de se focaliser sur l’adoption de styles de vies basés sur le régime alimentaire et des exercices réguliers. Les billions de dollars dépensés dans les recherches et développements de médicaments pourraient en effet, être orientés vers l’encouragement des populations à modifier leur comportement. Plutôt que de promouvoir des messages concernant la diminution de prises de calories qui culpabilisent les victimes et exacerbent simplement la pandémie des maladies cardio-vasculaires, les auteurs affirment que les autorités de santé publique devraient soutenir en premier lieu la consommation d’une "alimentation réelle". En d’autres mots, le point essentiel serait d’encourager la qualité des aliments plutôt que réduire la quantité d’aliments.

Cependant, et compte tenu de ce qui précède, la mission de notre fondation consistant à promouvoir des approches préventives naturelles de santé est claire et ceci met un terme à l’identification des causes basiques des maladies cardio-vasculaires.

La cause fondamentale des maladies cardio-vasculaires

Lipoprotein(a)

Mené au cours d’une période de plus de 25 ans, le travail de recherches scientifiques du Dr . Rath a prouvé que les maladies cardiaques coronariennes ont lieu précisément pour les mêmes raisons que le scorbut clinique (antérieurement) – une déficience en vitamine C dans les cellules composant les parois artérielles.

Contrairement aux animaux, les êtres humains contractent des maladies cardiaques parce que leur corps n’est pas capable de produire de la vitamine C. Alors que l’alimentation humaine fournit assez de cette vitamine pour prévenir le scorbut, cette quantité est insuffisante pour garantir des parois artérielles stables. Compte tenu de l’action constante de pompage du cœur et l’insuffisance de l’apport de vitamine C, des millions de fines craquelures et de lésions apparaissent dans les parois artérielles. Comme conséquence, le cholestérol, les lipoprotéines et d’autres facteurs de risques interviennent pour réparer ces dommages.

Parmi tous ces facteurs de risques, celui qui est de loin le plus important est une molécule connue sous la dénomination de lipoprotéine-a. D’abord découverte chez les humains et les primates non humains, la lipoprotéine-a fonctionne comme une molécule réparatrice compensant les altérations des parois vasculaires. En général, les animaux qui produisent de la vitamine C dans leur corps ne produisent pas de lipoprotéine-a. Chez les êtres humains, en cas de déficience chronique de vitamine C, le processus de réparation des artères devient continu. Après plusieurs années, des dépôts d’athérosclérose se développent. Ceci aboutit éventuellement à l’apparition d’attaques cardiaques et d’accidents vasculaires divers. Ainsi, le réel coupable derrière les maladies cardio-vasculaires n’est pas une résistance à l’insuline, mais un manque de vitamine C. Il en résulte que la clef de la prévention des attaques cardiaques et des accidents vasculaires est un apport optimal de vitamine C et d’autres nutriments appuyant le collagène, afin de maintenir les parois artérielles en état de réparation optimale.

Bien qu’ils n’aient pas compris ceci, en confirmant correctement que la théorie du cholestérol dans les maladies cardiaques, les auteurs de la revue parue dans le journal de la Royal Pharmaceutical Society a enfoncé un clou important dans le berceau du business du cartel pharmaceutique à propos des statines. Espérons donc que dans les mois et les années à venir, les médecins et les chercheurs seront, partout, inspirés d’eux-mêmes de rejeter les entraves des dogmes des médecines conventionnelles et d’examiner la cause réelle de la pandémie des maladies cardio-vasculaires et de sa solution naturelle.

20 juillet 2017