L'ENTREPRISE FONDÉE PAR DR RATH DANS LE DOMAINE DE LA SANTÉ EST UNIQUE AU MONDE:
LA TOTALITÉ DE SES BÉNÉFICES EST REVERSÉE À UNE FONDATION D'UTILITÉ PUBLIQUE. Lisez plus loin…

Dr. Rath Health Foundation

Dr. Rath Health Foundation

 

Questions et Réponses

Qu'est-ce qu'une vitamine?

Le terme "vitamine" a été introduit en 1912 par un chercheur polonais, Casimir Funk, pour décrire des substances naturelles, présentes dans les aliments et indispensables à la vie. Travaillant sur les symptômes du béribéri, Funk a avancé la théorie que quatre maladies spécifiques étaient dues à une déficience en quatre "amines" différents: le scorbut (fortes hémorragies dues à la fragilité des vaisseaux sanguins, elle-même causée par une carence en vitamine C), le rachitisme (ramollissement des os dû à une manque de vitamine D), la pellagre (ulcérations cutanées, diarrhée persistante, démence, ces symptômes étant provoqués par une insuffisance en vitamine B3), le béribéri (grossissement du cœur et insuffisance cardiaque, douleurs dans les membres, muscles affaiblis, conséquences d'une carence en vitamine B1).

Aujourd'hui, plus de 20 molécules organiques ont été identifiées comme étant des vitamines, chacune d'elles ayant une structure chimique spécifique et un rôle particulier dans l'organisme.

Il existe deux groupes de vitamines: les vitamines hydrosolubles (la vitamine C et toutes les vitamines B) qui sont présentes dans tous les composants aqueux de la cellule. Les vitamines liposolubles (vitamines A, D, E et K) que l'ont trouve principalement dans les parties des cellules riches en graisses, telles que les membranes cellulaires.

Bien qu'indispensables à la vie, la plupart des vitamines ne peuvent pas être synthétisées par l'organisme.

Haut

Notre alimentation ordinaire suffit-elle à nous apporter toutes les vitamines dont nous avons besoin?

Non.

Des études indépendantes réalisées aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni et dans plusieurs autres pays, indiquent que nos aliments ont considérablement perdu de leur valeur nutritive au cours des dernières décennies.

Les tableaux suivants montrent la diminution du contenu nutritif des brocolis et des pommes de terre vendus au Canada entre 1951 et 1999:

Brocoli, cru, 3 tiges, 93 g. 100/93 = 1,08

  Calcium
(mg)
Fer
(mg)
Vitamine A
(U.I.)
Vitamine C
(mg)
Thiamine
(mg)
Riboflavine
(mg)
Niacine
(mg)
1951 130,00 1,30 3500 104,0 0,10 0,21 1,10
1972 87,78 0,78 2500 90,0 0,09 0,20 0,78
1999 48,30 0,86 1542 93,5 0,06 0,12 1,07
Veränderung in % -62,85 -33,85 -55,94 -10,10 -40,00 -42,86 -2,73

Pommes de terre, 1 pomme de terre épluchée avant cuisson, 136 g. 100/136 = 0,74

  Calcium
(mg)
Fer
(mg)
Vitamine A
(U.I.)
Vitamine C
(mg)
Thiamine
(mg)
Riboflavine
(mg)
Niacine
(mg)
1951 11,00 0,70 20,00 17,00 0,11 0,04 1,20
1972 5,74 0,49 0,00 16,39 0,09 0,03 1,15
1999 7,97 0,30 0,00 7,25 0,09 0,02 1,74
Veränderung in % -27,55 -57,14 -100 -57,35 -18,18 -50,00 45,00

Pour obtenir de plus amples informations, vous pouvez consulter les sites suivants:

États-Unis

Vegetables Without Vitamins. Life Extension magazine, Mars 2001.
http://www.lef.org/magazine/mag2001/mar2001_report_vegetables.html

Changes in USDA Food Composition Data for 43 Garden Crops, 1950 to 1999. Donald R. Davis, PhD, FACN, Melvin D. Epp, PhD et Hugh D. Riordan, MD. Journal of the American College of Nutrition, Vol. 23, No. 6, 669-682 (2004).
http://www.jacn.org/cgi/content/abstract/23/6/669

Canada

Nutrient Changes in Vegetables et Fruits, 1951 to 1999. Compilé par Jeffrey Christian.
http://www.ctv.ca/servlet/ArticleNews/story/CTVNews/20020705/...

Apparent Nutrient Changes in Government Data for a Selection of Fruits & Vegetables: 1951 vs 1999. L. A. Piché PhD RD, Associate Professor, Nutrition Program, Brescia University College.
http://www.ctv.ca/servlet/ArticleNews/story/CTVNews/20020705/...

Royaume-Uni

Meat & diary: where have all the minerals gone? Food Magazine 72, publié par The Food Commission, R.U. Jan./mars 2006. http://replay.web.archive.org/20070403150112/http://www.foodcomm.org.uk/PDF%20files/meat_dairy2.pdf

McCance and Widdowson studies
http://replay.web.archive.org/20070222140409/http://www.trccorp.com/faq_root_disease3.php

Haut

Les doses quotidiennes recommandées sont-elles suffisantes ?

Non. Un ensemble important de preuves indique que les vitamines et minéraux, consommés en quantités plus importantes que celles quotidiennement recommandées (DQR), contribuent à rester en très bonne santé et à prévenir le développement de maladies chroniques. Les DQR font uniquement référence aux quantités de vitamines et de minéraux dont a besoin une personne moyenne pour empêcher l'apparition de maladies dues à des carences alimentaires, comme c'est le cas pour le rachitisme ou le scorbut). Elles ne prennent pas en compte les besoins métaboliques individuels qui sont déterminés par des facteurs génétiques. Pas plus qu'elles ne tiennent compte des habitudes alimentaires, du style de vie, de l'état de santé ou de bien d'autres éléments, ni du fait que les nutriments fonctionnent en groupe dans l'organisme, et non pas comme des substances chimiques individuelles à l'instar des produits pharmaceutiques.

Haut

Que signifie l'expression "santé cellulaire"?

Le concept de "santé cellulaire" est basé sur le principe qu'un bon état général est déterminé au niveau des milliards de cellules du corps humain. La médecine conventionnelle néglige cet aspect et les médecins traditionnels traitent les organes sans réellement s'occuper de l'état nutritionnel des cellules qui les composent.

Les vitamines, minéraux, acides aminés et autres substances nutritives essentielles sont indispensables à des milliers de réactions biochimiques qui se produisent en permanence dans nos cellules. Une carence chronique en de tels nutriments essentiels est la cause la plus fréquente d'un dysfonctionnement cellulaire et, de ce fait, celle de l'apparition de maladies.

Un apport optimal en vitamines, minéraux, acides aminés et autres nutriments essentiels est donc la clé pour être en parfaite santé et pour empêcher que des maladies chroniques se développent.

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez consulter : The Foundation of Cellular Heath ou Das Fundament der zellulären Gesundheit.

Haut

Que signifie l'expression "synergie des substances cellulaires essentielles"?

Le concept de synergie des substances cellulaires essentielles maximise les avantages des micronutriments pour la santé, car on a découvert qu'ils ont une plus grande efficacité lorsqu'ils fonctionnent en "équipes". Ce n'est donc pas la prise d'une seule substance nutritive qui peut garantir le fait d'être en bonne santé, mais la consommation d'une gamme complète de différents micronutriments, tels que vitamines, minéraux, acides aminés et oligo-éléments. L'efficience clinique de cette approche a été confirmée non seulement par nos propres études, mais aussi par des recherches indépendantes, faites par d'autres scientifiques.

Les travaux en matière de santé cellulaire se concentrent sur la synergie des nutriments, en tant que solution idéale à l'optimisation du métabolisme cellulaire et au rétablissement de son équilibre. Il a été constamment démontré que cette approche est plus efficace que l'utilisation de nutriments pris individuellement ou en combinaisons aléatoires.

Haut

Quels sont les avantages de l'approche de la santé cellulaire par rapport à la médecine conventionnelle?

L'approche de la santé cellulaire est basée sur la découverte du fait que la santé et la maladie ne se déterminent pas au niveau des organes, mais au niveau des milliards de cellules qui les composent et qui composent l'ensemble du corps humain.

Cette donnée est en complète contradiction avec l'approche de la médecine conventionnelle, car celle-ci divise le corps en disciplines et traite principalement chaque organe comme étant une entité à part. Ainsi, pour la médecine conventionnelle, le cardiologue soigne le cœur, le gastro-entérologue traite les affections du système digestif, l'hépatologue est un spécialiste des problèmes hépatiques et ainsi de suite. Cette approche ignore le fait que la principale cause d'un dysfonctionnement cellulaire – et, par conséquent, du développement d'une maladie – est une carence en bioénergie au niveau des cellules.

Les principales molécules bioénergétiques, dont les cellules ont besoin pour fonctionner correctement, sont des biocatalyseurs. Ce sont de petites molécules qui accélèrent les réactions chimiques qui se produisent à l'intérieur des cellules. Parmi elles, les plus importantes sont les vitamines, les minéraux, les oligo-éléments et certains acides aminés. La santé cellulaire est un nouveau domaine de recherche qui applique ses connaissances à la prévention et au traitement des maladies qui sont, de nos jours, les plus courantes.

La médecine pharmaceutique, par contre, ne traite pas les causes fondamentales des maladies que sont les carences en nutriments au niveau cellulaire. Elle traite uniquement les symptômes: sédatifs pour les maux de tête, anti-acides contre les brûlures d'estomac excessives, médicaments anti-inflammatoires contre l'arthrite, etc.

En outre, la médecine pharmaceutique est extrêmement dangereuse. Par exemple, en 1998, le Journal of the American Medical Association a publié une étude qui évaluait le nombre de patients, hospitalisés aux Etats-Unis en 1994 et ayant souffert de graves effets secondaires, à environ 2.216.000 et que 106.000 d'entre eux en étaient morts. Ceci signifie donc que, au cours de l'année considérée, le nombre de décès dus aux médicaments soumis à prescription médicale, administrés dans les hôpitaux par du personnel qualifié et conformément aux instructions du fabricant, représentait un taux de mortalité situé entre la 4ème et la 6ème place de toutes les causes. Plus récemment, les analystes des services publics américains (Food & Drug Administration) ont estimé en 2004 qu'un seul médicament, le Vioxx, avait provoqué, au cours des cinq années de sa commercialisation, entre 88.000 et 139.000 infarctus du myocarde, dont 30 à 40% d'entre eux ont été probablement mortels.

A l'inverse, les thérapies naturelles, basées sur les principes de la santé cellulaire, sont en réalité plus sûres que votre alimentation quotidienne. A tel point que l'on a estimé, selon des données issues principalement de statistiques officielles du gouvernement néo-zélandais, que le risque de mourir des suites d'une consommation de suppléments alimentaires se situe entre le risque d'être électrocuté par la foudre et celui d'être tué par la chute d'une météorite.

Haut

Existe-t-il des recherches qui documentent l'approche de la santé cellulaire?

Oui. Le site Internet de la Dr. Rath Health Foundation contient des données relatives à de nombreuses études cliniques extrêmement importantes qui documentent le rôle primordial des micronutriments et de la nutrition pour se maintenir en bonne santé.

En dehors de nos sites relatifs à la Santé cellulaire et aux Documents concernant l'OMS, il vous sera difficile de trouver une "bibliothèque" plus complète sur les bienfaits des vitamines et des micronutriments pour la santé et sur la nutrition en matière de lutte contre les maladies actuellement les plus courantes dans les pays industrialisés et les pays en voie de développement.

Lors de la documentation de ces études et de ces rapports, nous avons sciemment pris soin d'inclure des travaux très anciens pour démontrer que ces vastes connaissances, ainsi que les données scientifiques relatives à la santé naturelle sont déjà connues depuis 50, 60, 70, voire 80 ans.

Haut

Pourquoi n'a-t-on pas eu connaissance de l'existence de ces thérapies révolutionnaires beaucoup plus tôt?

Les thérapies basées sur les vitamines, les minéraux, les acides aminés et autres nutriments essentiels naturels ne présentent aucun intérêt pour l'industrie pharmaceutique, car ils ne peuvent pas être brevetés.

Par contre, les médicaments synthétiques, fabriqués dans les laboratoires pharmaceutiques, peuvent être brevetés. Le chiffre d'affaires mondial de l'industrie pharmaceutique a augmenté de 7% en 2006, pour atteindre une somme totale de 645 milliards de dollars américains. En d'autres termes, pour une seule année, les produits pharmaceutiques vendus dans le monde entier dépassent de loin la moitié d'un millier de milliards de dollars.

Le corps humain est la place de marché de l'industrie pharmaceutique, mais seulement s'il est malade. Par conséquent, le maintien et l'expansion des maladies sont des conditions indispensables à la croissance de ce secteur industriel.

Une stratégie clé pour atteindre cet objectif consiste à développer des médicaments qui ne font disparaître que les symptômes, mais qui ne guérissent pas ou n'éradiquent pas les maladies. Ceci explique pourquoi la plupart des médicaments actuellement commercialisés et soumis à prescription médicale n'ont pas apporté la moindre preuve de leur efficacité et pourquoi ils ne traitent que les symptômes.

Alors que des campagnes publicitaires et l'expansion des maladies élargissent le marché de ce secteur d'investissements qu'est l'industrie pharmaceutique, la prévention et le traitement des causes des affections réduisent sa rentabilité à long terme. C'est pour cette raison que cette industrie les ignore, voire leur fait obstacle. L'éradication des maladies est, par définition, incompatible avec les intérêts de cette branche d'investissements et en complète contradiction avec ceux-ci.

Les vitamines et autres thérapies naturelles efficaces, qui optimisent le métabolisme cellulaire, représentent, de ce fait, une menace pour le "commerce" que fait l'industrie pharmaceutique avec la maladie, car ces traitements ciblent les causes des maladies les plus courantes au niveau cellulaire et ne peuvent pas être brevetées.

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez consulter Les lois de l'industrie pharmaceutique.

Haut